😍 La folie des baskets, un phénomène de mode. 💖


Le basket s’est calmé sur les bords de la Garonne. Depuis le 20 juin, au Galerie des Arts Ornementaux et du Esthétique (Madd) de Saint-émilion, la lauréate devanture française est globalement habituelle à cette figurant de la pantoufle de contre-culture, amplement associée à la liseré, le hip-hop et les mânes rebelles. Évoqué “Playground”. Le esthétique des baskets “, l’devanture retrace l’anecdote de cet paragraphe de boisson significatif, à défaut mieux de 600 paires de chaussures, films, annales d’archives, photos et témoignages.

→ LIRE. Conséquemment Nike ne revendra-t-il mieux sur Amazon?

“C’réalisait un amplificateur que les gens aimions depuis le arrivage, car il est endroit réunion à la baie des cultures. Il variété la arboriculture du divertissement, de la chorégraphie et de la microsillon hip-hop, de la rue, de la nouveauté et du confort … Il soulève quant à des questions Et avec c’est un événementiel ambigu, qui peut essence à la coup une pantoufle démocratique et aimable et un paragraphe parsemé réservé à un bibliophile d’crème, accompli en échange de l’or et en belles-lettres limitée “dit Volonté Rubini, gouvernante de Madd et flic d’devanture. “Contre, les gens les gens demandons si le basket-ball pourrait essence auguste également une œuvre d’art?”Lui-même ajoute.

“Si elles-mêmes sont aux pieds de complets aujourd’hui, les baskets sont depuis amplement un expression de non-conformité”

Volonté Rubini, gouvernante de Madd de Saint-émilion

Revers contre-attaquer à cette tracas, Volonté Rubini n’a déshabillé annulé apparence du amplificateur: pédagogique, bon marché, biotique, sociable. L’devanture permet, par archétype, de localiser quoi les athlètes ont insufflé le basket-ball chez à elles émanation, quoi il a été récupéré par la phalanstère hip-hop, ce qui en a anecdote un section de fascination citadin, quoi la nouveauté, en deçà la pedum de grands pionniers du brochage, s’appropria chez les années 1970 (également Karl Lagerfeld, qui officia mieux tard à Chloé), quoi les baskets se négocient en Portefeuille, pile le parution de StockX en 2016, surnommé le “Baskets Wall Street”, ou quelles ont été les distinctes innovations qui ont anecdote changer sa accomplissement, du suzeraineté du élastique à la maniéré de marqué en chimie des matériaux.

La folie des baskets, un phénomène de mode.

Pantoufles mythiques ou tonnelets de blague, l’devanture n’en corde aucune chez le dressing. C’est donc qu’une triage de 40 modèles emblématiques est répercutée chez une salon qui à elles est globalement dédiée, des Converse All Stars au Adidas Queue, enregistré par le gaulois Jacques Chassaing, en suivi par l’Air Jordan 3 imaginée par Tinker Hatfield. A l’terminaison de l’devanture, une contradictoire salon enfilé des modèles mieux récents et moins connus à gouvernail biotique, également les chaussures made in France de la barbe Ector, qui entreprise ses chaussures à Romans-sur-Isère (Drôme) contre condenser son émotion transcription. Pointue de désavouer, à la voyage de l’devanture, que le basket-ball est désormais ubiquiste.

Parquets pile paillasson rouges.

C’est chez les terrains de divertissement que cette expansion de nos pieds a venu. Passionnément soudain, les meilleurs athlètes ont pris à eux chaussures. Quelques-uns les gens souvenons de l’judoka Jesse Owens, quadruple médaillé d’or aux Plaisanteries olympiques de Berlin en 1936, ascendant des modèles en lanière fabriqués par Adolf Dassler, qui a imaginé Adidas en 1949. Du champion de tennis étasunien Arthur Ashe, acquérant du Wimbledon en 1975, pile ses baskets Le Coq. Alors froidement, Tony Parker, auguste également le mieux aristocrate champion de basket-ball gaulois de complets les instant, a foulé les sols de la NBA par un approvisionneur filtre d’équipements sportifs, Peak. Ces champions ont amplement contribué à plier(se) des chaussures de divertissement un section fantastique, pointu le fascination des sportifs amateurs, particulièrement des basketteurs, avec des jeunes des quartiers.

Conséquemment des “sneakers”? Faits saillants de basket-ball

1868 La lauréate couple de baskets est apparue à New Haven, aux Notes-Unis, dirigée par une maison de élastique, Candde Manufacturing. Ce modèle est requis sneakers, de l’britannique au sneak (jauge étonnement), jauge à la patin qui ne anecdote pas de entourage tandis des déplacements. Ces chaussures de basket-ball d’entour les pieds des athlètes et une crème qui pratiquent le divertissement, endroit d’arriver les classes populaires à la fin du 19e durée.moi durée.

1917. Le Converse All Stars de Converse, célèbre mieux tard Chuck Taylor All-Stars, huis le nom d’un doyen basketteur devenu placier vendeur de l’maison.

Pour l’entre-deux-guerres. Le divertissement se démocratise, cabinet particulièrement aux campagnes de échelon de l’engrenage sensuel, à la housse médiatique des grands audience universels, également les JO de Paris en 1924, et au exaspération de la appuyé spécialisée, conduisant à aller des chaussures uniques, au moins sur le sol. L’mécanisation rend les modèles accessibles à complets les budgets.

1950-1960. Porté rescapé du situation, le basket devient régulièrement un objet de mutinerie, un panacée à la arboriculture rentière. Spécialement chez les beatniks des années 1950 ou 1960, qui apparaissent chez Converse ou Keds.

1964. Fondement de l’Adidas Stan Smith (du nom du champion de tennis étasunien, matricule un astral convaincu 1972 et mi-1973), considérée également la “éthérée manteau noire” des baskets.

1968. Apparition du modèle Couguar Suede, qui doit son nom à sa section, le daim ou le daim, la faciès privée du lanière, réputée mieux bénigne.

1980 et 1990. Adoptée par des rappeurs, des joueurs de hip-hop, des skateurs, du streetwear et des graffitis, qui imitent le formé des basketteurs, la pantoufle connaît ses jours de ampleur rescapé du situation. Il devient un expression d’interdépendance à la arboriculture urbaine, qui conduit avec le aristocrate connu, réfléchissant aux jeunes. Vulgaire à diminué, le muter se développe et les innovations techniques sont en soûl transformation contre redoubler des modèles infiniment mieux performants.

1980 New Crédit hallebarde la New Crédit 420 convivial, intuitive du esthétique des chaussures de voyage. C’est l’un de à eux meilleurs vendeurs.

1982. Apparition du Reebok Freestyle, la lauréate couple féminine de la barbe, originellement lendemain à l’acrobatie (en 1984, lui-même représentait mieux de la milieu des ventes de la société étasunienne).

1984 Apparition de la lauréate Nike Air Jordan période par le basketteur Michael Jordan. Cette renforcement du basket-ball deviendra un hâbleur international.

1987. La lauréate Nike Air Max est née et a anecdote trouble pile ses coussins d’air.

1998. Rose Hardy a enregistré la Quick, une pantoufle de divertissement, contre le rythmé de la cabane Hermès, et est devenu l’un des élémentaires designers à unir une pantoufle de divertissement chez le monde du confort. Participez ainsi à en plier(se) un hâbleur de nouveauté.

Années 2000. Les créateurs de nouveauté et les maisons de confort prennent le limon du basket. Ultérieurement, il y a l’conclusion domino: ce musicien, les marques montant de éventail et les grands bouchers recherchent des chaussures de divertissement.

2004 La barbe Veja est née, se lançant chez des baskets écologiques, particulièrement en polyester recyclé et élastique brutal.

2017. Apparition du Balenciaga Triple S, créé par le leader harmonieux de la barbe, le Géorgien Demna Gvasalia. Le confort cavité controversé toutefois qui stimule les ventes de Balenciaga. Ce fut quant à l’période du parution des sneakers Chanel, conçues en rapprochement pile Adidas et Pharell Williams, l’comparse du aubade “Happy”, et vendues en belles-lettres limitée (500 exemplaires).

2019. Apparition d’Air Dior, orange de la rapprochement de un duo de titans: la cabane de brochage et Jordan Brand, une barbe de basket distinctif à Nike. L’section, présenté à Miami (Floride) en décembre 2019, à l’conditions du suite altruiste de la barbe, en abandon depuis fin juin en belles-lettres ultra limitée, est déjà mort …

«Le report de la pâturage à la rue est intimement lié à l’apparition de contre-cultures aux Notes-Unis et en Océanie depuis les années 1970. Si elles-mêmes sont aux pieds de complets aujourd’hui, les baskets sont depuis amplement un expression de non-conformité, moteur de récompense contre les icônes du hip-hop et du breakdance, ou stylo-feutre d’calomnie sociale et éducative contre certaines minorités “Dit Volonté Rubini.

Le charge de la microsillon hip-hop a été composant contre la démocratisation du basket-ball. Pour, tandis d’un récital au Madison Serre Garden de New York en 1986, le mythologique serre étasunien Run-DMC, laquelle le formé vestimentaire (chapeaux et jeans noirs, Adidas crayeux aux pieds) a influencé ses plusieurs fans à l’période . , demandez aux 20 000 téléspectateurs de balancer à elles Adidas pile les premières détails de à elles aubade My Adidas. Cette tréteaux convaincra un formé de la barbe allemande de confirmer un consentement de mécénat pile les abattis du harmonie, un engagement qui permettra à Adidas de s’placer strictement outre-Atlantique.

«Même chez les grandes banques américaines, les paires de chaussures sont en deçà amoralité. “

Rose Demoux, romancier

Revers la lauréate coup, des âmes extérieures au monde du divertissement offrent une flagrance médiatique à une barbe de chaussures. Une suite qui émanation un postérité, si l’on pense aux célébrités qui, spontanément ou non, auront apposé à elles modèle rouflaquette contre la futur: puisque, en 1971, les images de Mick Jagger se mariant à Converse avaient existé chez le monde, on pensait mieux froidement à Brigitte Macron visitant le fanum d’Abou Simbel (Egypte) en baskets Pépite Vuitton ou Mark Zuckerberg, le créateur de Facebook, qui ne exonéré oncques sa Nike grise.

→ PRATIQUE. Comment porter des chaussures plus éthiques?

Au-delà des personnalités qui l’ont mis en avant, le basket doit aussi son succès à un facteur plus simple: il est confortable. De nombreuses baskets sont dérivées de modèles de course, avec un amorti conçu pour le sport mais aussi ressenti au quotidien. Le port d’une sneaker est souvent l’option la plus confortable, surtout par rapport aux chaussures à talons. «Pour les femmes, les courbes des chiffres de vente entre baskets et talons se croisent. On voit que les chaussures, même les femmes, gagnent en force “, souligne le journaliste Pierre Demoux, auteur de Basketball Odyssey. Comment les baskets fonctionnaient dans le monde (lire “Aller plus loin”).

En plus d’être confortable, le basket est pratique. Il s’adapte à presque toutes les situations de la vie sociale d’un individu dans le monde occidental d’aujourd’hui. Pendant longtemps, les jeunes qui les ont utilisées ont choisi des paires plus classiques, promesse de sérieux, dès leur entrée dans la vie active. Cette frontière semble également floue.

La folie des baskets, un phénomène de mode.

De plus en plus de personnes travaillent dans des baskets. «Même dans les grandes banques américaines, qui ont un code vestimentaire assez strict depuis longtemps, il y a une détente. Des paires de baskets commencent à être autorisées. Bien sûr, pas les modèles les plus visibles, accrocheurs ou imprimés. De son côté, l’environnement politique résiste toujours. Même si nous savons qu’Emmanuel Macron ou Barack Obama l’utilisent dans leur sphère privée, Obama est aussi un grand admirateur. Il faudrait voir si quelqu’un comme François Ruffin, du côté de l’Assemblée nationale, n’en a pas. Nous pouvons imaginer la prochaine génération de politiques de la société civile. Dernièrement, nous réalisons même que certaines femmes vont maintenant épouser des baskets. “, explique Pierre Demoux.

Le luxe ne se fatigue jamais

La mode a également commencé, et toutes les marques cèdent au phénomène, y compris celles qui se sont spécialisées dans les chaussures classiques, comme Berluti ou Weston. Les créateurs de mode d’aujourd’hui sont passionnés par les baskets qu’ils connaissaient dans les années 1980, Air Jordan et d’autres collectionneurs Nike. En tant que directeurs artistiques des plus grandes marques de luxe, ils s’associent désormais avec des fabricants d’équipements sportifs pour imaginer des modèles haut de gamme. C’est le cas de Kim Jones, 40 ans, à la tête des collections hommes de Dior, qui a dévoilé une paire de “Air Dior” lors d’un défilé de mode à Miami en décembre dernier. Un modèle made in Italy, comme les sacs Dior, qui fusionne les codes de la prestigieuse maison avec ceux d’Air Jordan. Même la fameuse virgule, qui se pare de l’impression oblique recherchée par Dior.

→ LIRE. Chaussures d’abonnement, nouvelle stratégie de fidélité de Nike

Autre exemple, l’américain Virgil Abloh, directeur artistique de l’univers masculin de Louis Vuitton, s’est fait connaître en proposant des collections de vêtements de ville et de contre-culture, principalement des sneakers “co-brandées” avec Nike, rimant sans stock. Dernière collaboration à ce jour, qui entre la maison française Patou et Le Coq arbore une paire de baskets montantes rappelant les chaussures de boxe portées par Tony Yoka, champion olympique super lourd en 2016 et ambassadeur de la marque en le coq.

La folie des baskets, un phénomène de mode.

Jumelé pour le grand écran

Retour dans ces baskets mythiques qui sont devenues populaires au cinéma.

Tai Chi pour Bruce Lee

C’est Bruce Lee qui a fabriqué le modèle de basket-ball de Tai Chi jaune et noir, créé par la marque japonaise Onitsuka Tiger, célèbre dans le film. Le jeu de la mort, en 1973. Trente ans plus tard, en clin d’œil au champion de kung-fu, un autre cinéaste, Quentin Tarantino, intégrera cette chaussure légendaire dans une scène de combat, cette fois aux pieds d’une femme, Uma Thurman. , Dans Kill Bill.

La Forrest Gump tricolore Nike

A force d’écouter la réponse elle devient culte ” Run Forrest Run! “, Du film

Forrest Gump (1994), on se demande quelle paire porte Forrest Gump (alias Tom Hanks). Ce sont des semelles Nike Cortez blanches, coma (la “swoosh”) rouges et bleues.

Les baskets du futur de Marty McFly

Film d’anticipation culte des années 80 et 90, Retour vers le futur comprend Marty McFly (joué par Michael J. Fox), un lycéen qui voyage dans le temps en utilisant une belle vieille voiture DeLorean. Dans la deuxième partie de la trilogie (sortie en 1989), il apparaît dans des baskets “auto-ajustables”. Un modèle dont une génération a rêvé, à tel point que Nike a développé son propre exemplaire, configurable via une application sur smartphone.

Baskets montantes Batman

Dans le homme chauve-souris par Tim Burton, sorti en 1989, le héros masqué (joué par Michael Keaton) porte des baskets montantes sombres, semblables à des bottes, imaginées par le designer star de Nike Tinker Hatfield. Ce modèle expérimental appelé Nike Air Trainer III aurait inspiré la création de l’Air Jordan VI, également signé par Tinker Hatfield.

De toute évidence, la plupart de ces baskets haute couture sont vendues en éditions limitées et à un prix important. «Dans ces cas, le prix est justifié. Il y a une faible offre et une énorme demande, c’est la loi du marché … Le produit est rare et les prix augmentent mécaniquement. En outre, les marques de luxe utilisent généralement des matériaux haut de gamme, s’appuient sur des connaissances artisanales et jouent sur le côté précieux de leur univers. La créativité des designers est également inventée. Par exemple, la créatrice de Balenciaga Demna Gvasalia a créé le Tyrex, inspiré par la forme et le mouvement des muscles sous la peau. Cela ajoute clairement une touche créative forte et remplace les codes esthétiques habituels du basket-ball. Toutes ces raisons expliquent le coût élevé de ces chaussures. Pour les paires de grandes marques, elles ont diminué dans des éditions beaucoup plus importantes, avec des processus plus industrialisés, les prix sont plus contestés », concède Pierre Demoux.

“Quand Nike ou Adidas sortent quelques millions d’exemplaires, et quand j’en fais 500, ils ne coûtent logiquement pas le même prix, confirme Pierre Hardy, créateur de chaussures. De plus, j’utilise le même cuir de qualité que dans les chaussures urbaines de la marque, un cuir issu de tanneries françaises ou italiennes. Nos gammes de couleurs sont sophistiquées et les matières sont variées. Les fiches techniques sont plus compliquées pour un ballon de basket que pour une bombe. “

Le vert leur va très bien

StockX, la plateforme d’enchères spécialisée dans la vente de sneakers lancée en 2016 à Détroit, a publié en février l’une des 10 sneakers les plus chères de la planète. Les trois premiers étaient Nike Air Mag Retour vers le futur (29 977 €), Adidas Human Race NMD Pharrell x Chanel (23 220 €) et Nike Dunk SB Low Paris, un bijou rare réalisé à seulement 200 exemplaires (23 220 €). Leurs prix ont peut-être beaucoup augmenté depuis lors. Fin mai, aux enchères, il s’agissait d’une paire d’Air Jordan, utilisée dans le match par le légendaire basketteur Michael Jordan lui-même, qui a atteint 560 000 $. Un enregistrement!

À de tels prix, il n’est pas surprenant que des marchés parallèles extrêmement lucratifs se soient développés. La revente de baskets se fait sur Internet, dans des magasins physiques ou entre particuliers. Un marché de l’occasion en plein essor, si l’on en croit le nombre de plateformes spécialisées qui se multiplient. A noter que le New Yorker Stadium Goods, l’un des leaders de la vente et de la revente de chaussures en ligne, a été acheté en 2018 par le géant britannique de la vente en ligne Farfetch pour 220 millions d’euros. Nouveau signe, si nécessaire, de l’explosion actuelle de ce marché.

Une paire d’Air Jordan vendue
560 000 $!

Cependant, en 2020, les baskets ne sont pas seulement de grosses sommes d’argent. Dans le contexte de la crise climatique, des initiatives en faveur des pantoufles écologiques commencent à apparaître. La marque Veja est pionnière dans ce domaine. Créée en 2004 par François-Ghislain Morillion et Sébastien Kopp, cette marque française fabrique des chaussures écologiques et équitables. La société vient de lancer sa première chaussure de course sans essence, après s’être démarquée avec ses baskets éthiques, en coton bio issu du commerce équitable.

Tous les modèles de la marque sont fabriqués et produits au Brésil (veja signifie «regarder» en portugais), où il trouve les connaissances dont il a besoin et ses matières premières: le caoutchouc provient d’une association de producteurs basés en Amazonie et le coton bio du nord-est. Même le plastique provient de bouteilles recyclées. Et la formule fonctionne! Veja vient d’ouvrir son premier magasin à New York, au cœur de Manhattan, portant à deux le nombre de ses propres magasins, un chiffre supplémentaire de 2500 points de vente dans le monde.

Le succès de Veja a inspiré de nombreuses autres initiatives. En France, de plus en plus d’entreprises occupent la niche du basket éthique, chacune avec ses motivations et son mode de communication. Faguo, marque de prêt-à-porter et d’accessoires tendance, née en 2008, propose des collections de sneakers recyclées. Si Faguo (“France” en mandarin) achète des textiles en Chine et fabrique ses modèles au Portugal, la société accepte en échange de planter un arbre pour chaque produit vendu (le logo représente également un arbre stylisé). Sur son site Internet, l’entreprise annonce avoir planté plus de 1,5 million d’arbres.

Corail, une marque née à Marseille, a fait du recyclage des bouteilles en plastique qui flottent en Méditerranée la matière première de ses chaussons, tandis que Caval joue avec les chaussons combinés, avec des modèles entièrement fabriqués en Italie, et 100% coton biologique: “Caval encourage la différence dans tous les sens, c’est ce que symbolisent nos sneakers. Nous n’avons pas dit” nous créons une marque éthique “mais” nous créons une marque de sneakers qui ne correspond pas “! Mais nous avons tous les trois 25 ans et nous sommes pleinement conscients de la monde dans lequel nous vivons, donc Caval devait évidemment être éthique. Nous produisons dans l’Union européenne et non dans les pays d’Asie du Sud-Est, et nous utilisons des matériaux écologiques “, explique Achille Gazagnes, l’un des fondateurs de la marque.

→ LIRE. Dix ans après sa création, le panier Veja fonctionne toujours

Même les géants ont lancé, comme Adidas et sa boucle Futurecraft, une chaussure de sport 100% recyclable, ou le leader français de la distribution des chaussures Éram, avec sa chaussure Re-Source, vegan et recyclable (dont la semelle est faite à partir des restes de paires de caoutchouc inadéquates ou usées). Et si le basket-ball vert était la meilleure façon de marcher vers un avenir durable?

La folie des baskets, un phénomène de mode.

Pierre Demoux, journaliste Échos et auteur de Basketball Odyssey. Comment les baskets fonctionnaient dans le monde

“Certes, il pourrait y avoir un phénomène de saturation et d’épuisement, comme c’est souvent le cas dans le secteur de la mode par rapport à ce qui est parfois trop populaire, trop populaire.” Nous savons que la mode aime les nouvelles choses. Et les créateurs pourraient essayer d’explorer d’autres territoires et faire des contre-propositions qui pourraient à leur tour avoir le même succès que le basket-ball aujourd’hui. C’est actuellement le cas de Virgil Abloh, directeur artistique des collections hommes Louis Vuitton, qui a bâti son succès sur la mode urbaine. Il a prédit la mort du Vêtements de ville dans une interview publiée dans Étourdi – un magazine de mode britannique culte – fin 2019, et a poursuivi la conversation en proposant des collections avec une esthétique plus classique.

Cependant, en général, je pense que le phénomène durera encore quelques années. Déjà parce que démographiquement, les jeunes qui portent actuellement des baskets n’ont aucune raison de changer de type de chaussures dans les années à venir. Le basket-ball continue d’être un modèle de chaussures pour le grand public en termes de prix, de diversité de modèles, de style et qui s’adapte au désir de chacun de personnaliser son apparence.

A noter également que les marques de sport continuent d’innover et que toutes ces recherches sur fonctionnement Découvrez les modèles grand public pour créer des échantillons toujours plus légers, plus confortables et plus respirants. “

Pierre hardy designer dans la direction artistique des collections de chaussures Hermès et fondateur et créateur de la marque qui porte son nom, connue pour ses modèles graphiques et architecturaux.

“Je ne pense pas que ce soit transitoire. Vous ne pouvez certainement jamais être sûr de quoi que ce soit dans le mode, et une prochaine vague pourrait effacer la précédente. Dans les années 1950 à 1970, nous avons été construits en admirant des héros qui ne portaient que des chaussures de ville dites classiques. Mais depuis près de cinquante ans, notre imagination d’élégance idéale a évolué et ému. Nous avons vu un archétype de “génialité”, une sorte de nouvelle idée de la perfection construite autour de l’image des gens en baskets. récompensant et baskets ne sont plus considérés comme des sous-produits.

Dans le même temps, les baskets ont ouvert la voie à des possibilités créatives. Je le vois tous les jours comme créateur de chaussures. J’ai pu intégrer dans les modèles masculins des détails qui n’auraient jamais fonctionné sur des mocassins (comme des motifs de fleurs ou des couleurs fluorescentes). Un vent de fantaisie et d’innovation souffle sur le monde de la chaussure avec l’arrivée des sneakers. À mon avis, il faudra du temps avant de revenir à des parties plus structurées et restrictives. “

Leyla Neri designer et anthropologue, directrice de programme chez Parsons Paris

“Les baskets étaient déjà courantes dans les vestiaires des adolescentes au début des années 80. Cependant, ce n’était pas le cas chez les adultes. Cette inévitable expansion des baskets plates et flexibles directement issues du monde du basket-ball, l’athlétisme et le tennis, sans doute, avaient commencé au début du XXe.moi siècle.

Confortables, fonctionnelles et assez abordables en termes de coût, les sneakers ont incorporé un style américain populaire et informel, une idée de fraîcheur universel. Cependant, le mouvement de luxe de cette forme de chaussures, sa transformation stylistique en un accessoire tridimensionnel aux formes futuristes et la prolifération exponentielle de modèles de luxe créés par les plus grandes marques mondiales a été un phénomène nouveau ces dernières années. La sneaker de luxe a progressivement retiré son ADN exclusivement sportif pour traduire une forme urbaine de confort, de créativité, de jeunesse et d’égalité des sexes. Il s’est d’abord étendu aux cercles artistiques, innovants et de la mode.

A la fois ergonomique et asexuée, elle continue à exprimer une énergie positive, du fait du lien originel avec les pratiques sportives, puis au style rappeur venu également des États-Unis, tout en s’imposant comme un objet culte de grande valeur. ajout créatif, comme en témoigne l’abondance de baskets en édition limitée qui déchaînent les passions parmi les jeunes du monde entier.

D’autre part, la diversité des formes et des matériaux permise par les avancées technologiques et la modélisation 3D confère aux modèles de chaussures contemporains le statut d’objets design eux-mêmes, dont témoignent les expositions qui leur sont consacrées. La combinaison d’un confort extrême, d’un design innovant et de formidables stratégies marketing suggère que ce phénomène est là pour durer, d’autant plus qu’il affecte désormais toutes les générations. “

La folie des baskets, un phénomène de mode.

Pour aller plus loin

• Une exposition

L’exposition “ Terrain de jeux. La conception des pantoufles. , au Musée des Arts Décoratifs et du Design de Bordeaux, jusqu’au 3 janvier 2021, retrace l’évolution de cette gigantesque industrie et présente la sneaker dans toutes ses dimensions culturelles, à travers une sélection de 600 modèles emblématiques, de 1900 jusqu’à aujourd’hui ‘hui.

• Documentaires

Baskets. Le culte des baskets (2005) Le réalisateur Thibaut Longeville rencontre des pionniers et des collectionneurs de mode hip-hop, dont des membres du groupe Run-DMC et l’acteur-réalisateur Mathieu Kassovitz.

Air Force 1. Le documentaire (2007) Thibaut Longeville, encore une fois, parle de la création de Nike Air Force One en 1982 par Bruce Kilgore, devenu un symbole de victoire aux pieds de Moses Malone, vainqueur du championnat NBA en 1983 avec le Philadelphia Sixers.

• Livres

Basketball Odyssey. Comment? ‘Ou quoi? les baskets ont parcouru le monde, de Pierre Demoux (2019). Ce journaliste des Échos examine le cas des chaussures de sport devenues un accessoire de mode mondial. Prix ​​aux lycéens “Reading the Economy” en 2019. Je l’ai, 160 p., 19 €.

Baskets de culture. 100 baskets mythiques, par Max Limol (2015). Entre photos et interviews,
Ce livre est un résumé de paires exceptionnelles, séries limitées aux modèles mythiques. ed Hugo images, 216 p.

Le catalogue de l’exposition “Christian Louboutin. L’exhibitionniste”, qui devait se tenir au Palais de la Porte Dorée, présente les baskets du cordonnier français, souvent ornées de pointes métalliques, ainsi que des escarpins à semelles rouges.

• Une chanson

“My Adidas” de Run-DMC, sorti en 1986.

• Acte

Prenez soin de vos baskets? Conserver au lieu d’acheter? Chez Sneakers & Chill, à Paris (72 rue d´Aboukir) et à Lyon (2 rue Laurencin). sneakersandchill.com

Où apporter vos vieilles chaussures de course? Run Collect récupère les chaussures de sport usagées, qui seront redistribuées pour s’adapter aux plus défavorisés. runcollect.fr

Vous aimez un panier fait de bouteilles en plastique jetées à la mer? C’est le projet de la marque Marseille Corail, fondée par Alexis Troccaz et Paul Guedj. Avec une équipe de pêcheurs, le label veut “remasteriser” les bouteilles (8 bouteilles par 1 paire) qui polluent la Méditerranée en chaussons végétaliens. Commandez à l’avance sur fr.ulule.com/basket-corail

Meilleure Vente n° 1
adidas Originals Baskets Mode Americana Hi 41 1/3
  • Blanc
  • Matière(s) : - Type de baskets : Montantes
  • Type de fermeture : Lacet
  • Réf : EF2803_4113
  • Délais de livraison : 48h à 72H
PromoMeilleure Vente n° 2
Adidas Stan Smith, Baskets Mode Mixte, White White Dark Blue, 43 1/3 EU
  • Doublure en cuir synthétique
  • Semelle cupsole en caoutchouc
PromoMeilleure Vente n° 3
Adidas Originals Stan Smith - Baskets mode Mixte Adulte - Blanc (Running White Ftw/Running White/Fairway) - 39 1/3 EU
  • Panneau en maille autour de la cheville.
  • Revêtement synthétique et tissu respirant.
  • Doublure textile confortable.
  • Logo Adidas sur la languette et le talon
  • Semelle en caoutchouc tonal pour une bonne adhérence.
PromoMeilleure Vente n° 4
Meilleure Vente n° 5
Adidas Originals Stan Smith Baskets mode, Mixte Adulte, Blanc (Running White Ftw/Running White/Fairway), 46 EU
  • Dessus: Autres Cuir
  • Doublure: Synthétique
  • Semelle intérieure: Synthétique
  • Matériau de semelle: Caoutchouc
  • Type de talons: Plat
Meilleure Vente n° 6
adidas Originals Baskets Mode Americana Low 44
  • Adidas
  • Livraison à domicile express ou Colissimo
  • Satisfait ou remboursé
  • Produit neuf
Meilleure Vente n° 7
PromoMeilleure Vente n° 8
Adidas Originals Stan Smith - Baskets mode Homme - Blanc (White M20324) - 42 2/3 EU
  • Hochwertiges Leder ist strapazierfähig und langlebig
  • Obermaterial mit Sohle vernäht
  • Gepolsterter Schaft für mehr Komfort
  • Der Stand Smith ist ein Sneaker für Herren von Adidas Originals für Freizeit und Alltag.
  • Warnhinweis: Keine / nicht relevant
Meilleure Vente n° 9
Adidas Stan Smith, Baskets Mixte Adulte, White Ftwwht/Cwhite/Green, 38 EU
  • Panneau en maille autour de la cheville.
  • Dessus en cuir grainé.
  • Doublure textile confortable.
  • Logo Adidas sur la languette et le talon
  • Semelle en caoutchouc avec motif chevrons
PromoMeilleure Vente n° 10
Adidas Originals Stan Smith - Baskets mode Mixte Adulte - Blanc (Running White Ftw/Running White/Fairway) - 43 1/3 EU
  • Taille : 43 1/3
  • Collection : 2015
  • Couleur : Blanc et vert
  • Fermeture : Lacets
  • Matière : Cuir et synthétique